Tu as été noble au point de t'oublier.

Par Jean-Jacques DIKONGUE

JJ Dikongue.jpgTout ce que tu as entrepris, tu l’as dompté par ton humilité, ta pondération, ta loyauté et ta fidélité.

La nature, la durée de notre frater-amitié ? Je ne pose pas la question en ces termes, car c’est sa qualité qui a prévalu et restera malgré ton absence.

L’essentiel entre toi et moi a été fait de ton vivant à savoir : se dire l’admiration qu’on avait l’un pour l’autre et surtout aussi, se dire les choses qui pouvaient nous chagriner.

Noble tu as été au point de t’oublier ; mais c’est aussi cela qui fait de toi un GRAND, un Leader. Un leader non pas parce que tu prenais les devants en ordonnant comme il est communément admis, mais parce que tu étais au service de….C’est en cela que tu es pour moi un Leader, un Vrai ! Tu étais ce berger qui donnait l’illusion qu’en étant derrière, on n’avait pas le pouvoir et pourtant !

Le regret aujourd’hui n’est plus tant que tu sois parti tôt ou tard…car  la seule assurance que nous ayons, c’est que nous emprunterons tous ce même chemin un de ces jours ; mais que tu n’aies pas estimé le temps pour que tu finisses ta vision, et ce n’est pas faute de t’avoir titillé là-dessus…même si on pouvait déjà la voir dans tes multiples implications et réalisations ailleurs. Et si finalement c’est ainsi que l’humoriste (comme tu désignais avec profondeur et respect Dieu pour sa façon de déjouer nos desseins et projets de simples créatures imparfaites et imposer sa volonté) le voulait ?

 

Merci pour tout ce que tu m’as apporté et appris…Fais gaffe là-bas !  

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×