E.T. has gone (L'Extraterrestre est go)

Hommage de Tongo Etondè

Etaient-ce des sanglots acoustiques dus à son état clinique ? Ou alors, avait-il surpassé les limites du génie propre à l’instrument à 4 cordes ? La virtuose délicatesse qu’il mettait à faire pleurer sa basse, avait inondé mon visage de larmes. On était fin décembre 2010. Et c’était la première expédition d’afro-Américains s’étant découverts une originelle ascendance camerounaise. Au travers de la structure Ark’Jammers, fondée par le couple Noel Ekwab’s & Avline Ava. Intenses instants. Avec pour clou, un concert retransmis en direct par la TV nationale. 
Un peu comme gêné et troublé par l’habituelle brusquerie des cordes de guitare, ‘BIBI’, ainsi qu’on l’appelle en famille, en effleurant à peine ses lignes de basse, dépeignait des arabesques sonores propres à faire traverser le tour du monde des sentiments & émotions. Larmes pas totalement séchées & à peine le générique TV disparu, je lui confie au téléph’ : « Bi-Bass, tu ne peux pas imaginer ce que tu viens de me faire-là. Tu m’as seulement…enterré !!! » Et lui, de me répondre que la plupart des musiciens présents sur scène ou dans les loges, lui ont fait le même genre de remarques. Et que la veille, après la représentation à la Terre Battue, même des non-musiciens sont venus l’étreindre presqu’en larmes. Précision : je ne savais pas qu’il était malade. Juste qu’il avait eu connu quelques bobos.

Jusqu’à ses dernières heures, il aura tendu tous ses efforts à ne faire endurer à personne sa souffrance. Et même la terrible sentence de son défénitif & irréversible départ. Tout en rangeant nyangalement sa Dernière Valise, il ne se serait jamais ménagé à continuer à mettre l’ambiance. A lancer ses « Fais gaffe au soleil…! ». A dispatcher son éternelle humeur joviale. 
Voire, à mimer des ‘Zanzibar’-pas de danse, en caressant sa ‘gratte’… PAP’S NO’, FAISONS GAFFE AU … !!!


Bien vouloir jeter un œil sur « le meilleur article jamais écrit sur Manu Dibango ». Ainsi s’était enthousiamé l’alors porte-parole ( !) du saxophoniste au rire rocailleux. ‘Papier’ pour lequel il avait accepté de se laisser cuisiner, entre 3h et 4h du mat’. En qualité de messianique personne-ressource. Au petit-matin de sa monumentale prestation, rapportée dans le texte…


www.cameroon-info.net/cmi_show_news.php?id=12554 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site