A dou, les mots me manquent

par Léo Nséké

 
Léo NsékéA dou,

48 h plus tard, il n'y a aucune réponse à la question : pourquoi ? Sauf qu'il y a comme une certitude : la chute ne sera pas plus dure parce que tu as toujours voulu que les choses soient cool.

Cette sérénité qui t'aura fait dire que tu te battrais jusqu'au bout prend peu à peu la place d'une douleur lancinante. On est un peu tranquilles de te savoir moins souffrant, mais il y a ce vide sidérant. Ce désert d'humeur égale que ceux qui t'ont vu, connu ou entraperçu ont toujours appréciée.

Papa Noël, pour une fois, les mots me manquent et de toutes les façons on s'est tellement dits de choses...

Que cette transition te permette de mettre encore plus de souffle dans les âmes qui viennent de temps en temps nous rafraîchir la mémoire et que la tienne puisse alléger peines et tristesses.

Que Nyambé, l'Immanent, veille sur ta mutation.

Léo Nséké
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site